Bonjour et bienvenue sur Arnaud Robinet | Connexion
Français
Newsletter
Pour recevoir notre lettre d’information,
complétez les information ci-dessous :
 
 
Pour vous désinscrire cliquez-ici
Recherche
Contactez Arnaud Robinet
Permanence Parlementaire
9, place Royale
51100 REIMS

Tél : 03.26.97.00.37
Fax : 03.26.06.60.00

Réforme de la santé : faux débats, vrais enjeux (Tribune libre, L'Opinion)
Vendredi 23 Décembre 2016 (17:41)

La santé semble concentrer les débats de la pré-campagne présidentielle. Tant mieux ! Comment ne pas se réjouir de voir enfin l’avenir de notre protection sociale au sommet des discussions médiatiques, alors que l’accès à l’emploi et aux soins reviennent parmi les premières préoccupations des Français ?

Cependant, ce débat ne doit pas être confisqué par les conservatismes de tout poilqui ne font que conduire le système de santé au stade végétatif. La mobilité des carrières, l’allongement de la durée de la vie, l’exode rural, le virage numérique bouleversent notre société, et la gauche continue de mentir aux Français en leur faisant croire que notre modèle social devrait, à peu de choses près, rester le même qu’en 1945. Les résultats de cet immobilisme sont pourtant connus : 4 millions de nos compatriotes renonçant à se soigner, urgences engorgées (+50% en 20 ans), inégalités d’accès à la médecine de ville, sous-rémunération des généralistes, paupérisation des infirmiers et des personnels soignants, notamment dans les hôpitaux

Si la gauche n’a pas pris de mesure stratégique pour moderniser réellement notre système de santé, la droite ne doit cependant pas céder aux sirènes de la seule orthodoxie budgétaire. Dans une France qui comptera 30% de sexagénaires en 2050, l’objectif de réduction des dépenses de santé est illusoire. Ce n’est pas un rabotage massif et aveugle qu’il faut conduire, mais une réallocation stratégique des recettes.

De nouveaux médicaments sont désormais mis sur le marché et permettent de guérir de graves pathologies en quelques mois. De nombreux essais cliniques vont bientôt aboutir et tout l’enjeu pour la sécurité sociale sera de construire un financement capable d’assurer aux plus modestes un accès aux nouvelles thérapies, particulièrement onéreuses (40 000€ pour guérir de l’hépatite C en 3 mois). Bien sûr, la prise en charge du virus de la grippe chez un patient atteint de maladie chronique, isolé et âgé devrait rester du ressort de l’assurance maladie obligatoire.

Face à ces besoins, les seules économies ne suffiront pas. Bien sûr, certaines pistes redonneraient rapidement de l’oxygène à l’assurance maladie : le recours au délistage et à l’automédication en lien avec le pharmacien-conseil, la réforme de l’aide médicale d’Etat, l’autonomie de gestion pour les hôpitauxou encore une rationalisation de certains postes de dépenses (transports sanitaires)…Bien que nécessaires, ces économies ne seront pas forcément à la hauteur des dépenses à venir. Pis encore, elles ne généreront pas les marges de manœuvre financières les plus importantes, contrairement à l’innovation dans le domaine de la prévention.

Considérée comme le parent pauvre de notre système de santé (moins de 5% des dépenses), cette dernière est aujourd’hui renforcée par les applications et les objets connectés, qui vont de plus en plus accompagner les patients dans leur parcours de prévention, jusqu’au diagnostic précoce (tensiomètres connectés, piluliers intelligents, bracelets cardio…). C’est en encourageant le développement d’une filière française de pointe que nous pourrons baisser les dépenses tout en renforçant la qualité des soins, grâce à un suivi à distance mieux partagé entre hôpital, ville et patient (près de 10 milliards d’euros sur le virage ambulatoire et l’observance, qui reste lacunaire pour 60% des malades chroniques).

Ce plan de prévention ne devra pas simplement reposer sur l’assurance maladie, dont la mission principale doit rester le curatif, mais associer largement les mutuelles, les assurances privées et les instituts de prévoyance. Si l’assurance complémentaire doit fournir des efforts de transparence, nombre de ses acteurs proposent des prises en charge innovantes et développent une vision moderne de la prévention.

Redéfinir le rôle des différents organismes de couverture santé, en visant deux objectifs stratégiques tout au long du quinquennat : d’une part, les médicaments innovants pour tous et d’autre part, un haut niveau de prévention pour chacun. Telle est l’orientation qu’a prise à juste titre François Fillon, face à la tentation de laisser notre modèle social sombrer, par idéologie dispendieuse ou pusillanimité comptable.

0 commentaire
Ajouter un commentaire
Nom :
E-mail :
Commentaire :

Votre commentaire doit se conformer à la législation en vigueur en France. Sont interdits : l'incitation à la haine raciale et à la discrimination, la négation des crimes contre l'humanité et l'apologie de crimes de guerre, la diffamation, ce qui porte atteinte à l'honneur d'une personne, l'incitation au piratage informatique. Les administrateurs se réservent également le droit de supprimer un commentaire si celui-ci est jugé trop agressif, grossier ou encore totalement hors sujet. Toute allusion sexiste, homophobe ou raciste sera aussi effacée, tout comme les messages publicitaires, les messages contenant des coordonnées privées, une adresse internet, une adresse postale ou e-mail.