Bonjour et bienvenue sur Arnaud Robinet | Connexion
Français
Newsletter
Pour recevoir notre lettre d’information,
complétez les information ci-dessous :
 
 
Pour vous désinscrire cliquez-ici
Recherche
Contactez Arnaud Robinet
Permanence Parlementaire
9, place Royale
51100 REIMS

Tél : 03.26.97.00.37
Fax : 03.26.06.60.00

Nombre par page :
Madame la Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres,  Chers collègues,

J’ai un scoop à vous annoncer, une nouvelle sans précédent à vous annoncer : la canicule arrive au milieu de l’été et la grippe saisonnière arrive au début de l’hiver !

J’aurais aimé poursuivre dans l’humour si l’épidémie de grippe n’était pas aussi grave, si les retours des médecins n’étaient pas aussi alarmants.

Madame la Ministre, vous avez vous-même reconnu que le bilan serait « probablement lourd ». Comme vous dites !

Nous n’avons pas encore atteint le pic de l’épidémie que déjà, les chiffres sontinquiétants : 3 millions de personnes touchées, des hausses de mortalité de 25 à 30% dans certaines régions, des hôpitaux engorgés, et pour finir, 6 millions de journées de travail perdues, soit un coût de 900 millions d’euros…

Madame la Ministre, je vous accuse...
Lire la suite
La santé semble concentrer les débats de la pré-campagne présidentielle. Tant mieux ! Comment ne pas se réjouir de voir enfin l’avenir de notre protection sociale au sommet des discussions médiatiques, alors que l’accès à l’emploi et aux soins reviennent parmi les premières préoccupations des Français ?

Cependant, ce débat ne doit pas être confisqué par les conservatismes de tout poilqui ne font que conduire le système de santé au stade végétatif. La mobilité des carrières, l’allongement de la durée de la vie, l’exode rural, le virage numérique bouleversent notre société, et la gauche continue de mentir aux Français en leur faisant croire que notre modèle social devrait, à peu de choses près, rester le même qu’en 1945. Les résultats de cet immobilisme sont pourtant connus : 4 millions de nos compatriotes renonçant à se soigner, urgences engorgées (+50% en 20 ans), inégalités d’accès à la médecine de ville, sous-rémunération des...
Lire la suite
Après le temps des engagements vient le temps des reniements. Et après le temps des reniements vient le temps du châtiment ! Le châtiment électoral qui vous attend, Monsieur le Ministre, j’ignore quelle ampleur il prendra, surtout quand je vois le peu de Français qui approuvent l’action du Chef de l’Etat mis à part quelques rares stars privilégiées, mais en attendant, j’aimerais vous interroger sur une promesse que le candidat Hollande avait formulée et que le président Hollande a renié, une de plus !
 
Cette promesse concerne la retraite des agriculteurs.
 
En 2012, vous vous êtes engagés par écrit, j’en ai la preuve avec le courrier que François Hollande a adressé au président de la FNSEA, à revaloriser les pensions agricoles, en faisant appel, je cite, « à la solidarité nationale afin d’améliorer le niveau des pensions servies ».
 
Jusqu’ici tout va bien...

Le problème, c’est qu’à force de distribuer des cadeaux aux uns et aux autres, à force de jouer les VRP du « rasé...
Lire la suite
Camp d’été « décolonial » : ma réaction
Jeudi 25 Août 2016 (11:15)
« Dès que nous avons été informés de la tenue de cet événement, nous avons pris l’attache des services de l’Etat, pour connaître sa position parce que nous sommes dans un lieu privé pour un événement privé et que je n’avais pas la possibilité de faire interdire un tel événement. Dans un contexte de tensions particulièrement prégnantes dans notre pays, j’ai voulu jouer l’apaisement et éviter toute communication sur le sujet. Je n’ai bien évidement jamais cautionné la tenue de cette manifestation, ni donné mon accord pour qu’elle puisse se tenir dans une auberge de jeunesse dont, bien évidemment, la Ville de Reims ne gère pas les réservations. J’ai eu les services préfectoraux au téléphone pour leur signifier ma vive opposition. Je pensais que nous aurions rapidement une réponse d’interdiction de tenue de la manifestation compte tenu des éléments de réponse de la Ministre de l’Education nationale apportés...
Tribune publiée le 14 juin 2016 dans L'Opinion

Jusqu’à une époque récente, il était devenu presque suicidaire pour un responsable politique de se dire libéral. Le moins on était pour la concurrence, le plus on restaurait les frontières et au mieux on se portait… Et voici que chemin faisant, la droite commence enfin à se départir de son vieux corpus interventionniste, rompant, du moins dans les discours, avec les tabous du débat public : taxation du capital (suppression de l’ISF, exonérations sur les donations), périmètre hypertrophié de l’action de l’Etat (suppressions massives de postes de fonctionnaires, limitation du statut), recours à l’emprunt et visées colbertistes, rentes en tout genre (régimes spéciaux, intermittents, prudhommes…).

Mais en justifiant ces orientations par la seule nécessité de maîtriser nos dépenses publiques et de réduire les déficits, certains leaders de l’opposition rendent un bien mauvais service au camp des libéraux. Bien au contraire, Ils sont, aux yeux de l’opinion, sur le point de réduire...
Lire la suite